Articles

En français

Standards de soin de la WPATH
L’Association mondiale des professionnels en santé transgenre (WPATH) est l’association professionnelle internationale et multidisciplinaire de référence. Elle promeut le soin basé sur des preuves scientifiques, l’éducation, la formation et la recherche. Ses Standards de soin proposent des approches cliniques sûres, à utiliser de manière individualisée et non contraignante par les professionnel-le-s de santé. Bien que d’abord destinés aux professionnels, ces standards sont également utiles aux personnes concernées, à leurs familles, et aux institutions pour comprendre comment accéder à une santé optimale.

 

Vers un accès à des soins de qualité pour les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (Bize, R. et al. 2011)
Cet article propose une approche globale de la santé des personnes LGBT, où respect des singularités et non-jugement occupent une position centrale. Pour qui n’a pas connu de questionnement en lien avec son orientation sexuelle ou son identité de genre, il est difficile de concevoir comment la découverte d’une caractéristique identitaire pendant l’enfance peut se transformer sous le regard des autres en un fardeau souvent invisible mais fréquemment associé avec une morbidité émotionnelle et médicale considérable. Cet article pose la question suivante: combien de personnes LGBT ressortent chaque semaine d’une consultation médicale sans avoir bénéficié d’une écoute, d’un soutien et de soins adaptés?

 

Parentalité et jeunes transgenres : un survol des enjeux vécus et des interventions à privilégier pour le développement de pratiques transaffirmatives (Pullen Sansfaçon, A. 2011)
Cet article explore les connaissances les plus récentes sur l’expérience des jeunes trans* et de leur famille, et propose des pistes d’intervention pour les professionnel-le-s travaillant directement ou indirectement avec ces populations. La première partie évoque le contexte sociopolitique dans lequel grandissent les jeunes trans*. La seconde est une recension des connaissances relatives à l’expérience des jeunes trans* et de leur famille. Finalement, l’article propose deux pistes d’intervention à privilégier dans une perspective de travail transaffirmative.

 

Garçons princesses, filles transgenres, jeunes altersexuels (Pullen Sansfaçon, A, 2013)
Au Canada comme en Suisse, aucun discours politique ne met l’accent sur la vie des personnes trans* – et encore moins sur celle des enfants non conformes à leur genre. Ce n’est pas étonnant car la vie des personnes trans* y est virtuellement invisible. Et pourtant, selon des études récentes, beaucoup d’enfants (plus ou moins 8%) adoptent, à divers degrés, des comportements ou un habillement non conformes à leur genre. Ce projet de recherche québécois met en lumière comment encourager et éduquer les enfants dits «créatifs du genre».

 

Information et ressources pour les parents et les tuteurs
Diversité sexuelle et de genre, Ressource pédagogique inclusive, Nouveau-Brunswick

Ce programme promeut un parcours inclusif – ou inclusion scolaire – intègrant les réalités et les questions LGBTQ dans les programmes d’études, en fonction de l’âge et de manière raisonnée. Il favorise la prise de conscience et le dialogue sur la diversité et la création de milieux sûrs et émancipateurs pour tous, particulièrement les élèves, le personnel et les familles qui s’identifent comme LGBTQ.

 

En anglais

Impacts of Strong Parental Support for Trans Youth : A report prepared for Children’s Aid Society of Toronto and Delisle Youth Services (2012)
L’objectif de ce rapport est de fournir des données préliminaires du soutien parental pour les jeunes trans* âgés de 16 à 24 ans en Ontario.

On sait peu de choses sur la façon dont l’acceptation ou le rejet par sa famille est prédictive de la santé ou des résultats de bien-être chez les jeunes trans*. Cependant, l’exposition à l’homophobie est généralement considérée comme ayant des implications importantes pour la santé et le bien-être des jeunes lesbiennes, homosexuelles et bisexuelles. De nombreuses études au cours des deux dernières décennies révèlent des résultats négatifs en matière de santé, de santé mentale et de qualité de vie, y compris des taux élevés de dépression et d’anxiété, une faible estime de soi, une consommation problématique d’alcool et de drogues et le suicide. Des études récentes ont démontré un fort effet de l’acceptation par les parents au cours de l’adolescence dans la protection contre ces résultats pour les jeunes adultes lesbiens, homosexuels, bisexuels et transgenres (LGBT). Etant donné le manque d’information sur les impacts du soutien parental pour les jeunes trans, cet article évalue dans quelle mesure le soutien parental a eu un impact sur la satisfaction globale de la vie, la santé physique et mentale auto-évaluée, l’estime de soi, la dépression et le suicide chez les jeunes trans*.

 

Early Medical Treatment of Children and Adolescents With Gender Dysphoria: An Empirical Ethical Study (Vrouenraets et al. 2015)
Les lignes de conduites de la Société mondiale d’endocrinologie recommandent l’utilisation du retard de puberté chez les adolescents transgenres. Cependant, dans la pratique, il n’existe aucun consensus pour utiliser ces premières interventions médicales. L’objectif de cette étude est d’expliquer les considérations des partisans et des opposants à la suppression de la puberté chez les jeunes trans*.

Méthodes: étude qualitative (entretiens semi-structurés et questionnaires ouverts) pour identifier les considérations des partisans et des opposants au traitement précoce (endocrinologues pédiatriques, psychologues, psychiatres) au sein de 17 équipes de traitement dans le monde entier.

Conclusions: Tant que le débat reste axé sur les différents thèmes présentés dans cet article et que des données limitées sont disponibles, il n’y aura pas de consensus sur le traitement. Par conséquent, une recherche multicentrique interdisciplinaire et plus systématique est nécessaire.