Ressources scientifiques

Ressources en français

–––

Articles

Standard de soins (WPATH)

L’Association mondiale des professionnels en santé transgenre (WPATH) est l’association professionnelle internationale et multidisciplinaire de référence. Elle promeut le soin basé sur des preuves scientifiques, l’éducation, la formation et la recherche. Ses Standards de soin proposent des approches cliniques sûres, à utiliser de manière individualisée et non-contraignante par les professionnel-le-s de santé. Ils abordent les soins primaires, gynécologiques et urologiques, les options de reproduction, les thérapies de la voix et de la communication, la santé mentale (évaluation, conseil, psychothérapie), et les traitements hormonaux et chirurgicaux. D’abord destinés aux professionnels, ils peuvent être utiles également aux personnes concernées, à leurs familles, et aux institutions.

 

Vers une perspective trans-affirmative des jeunes transgenres et de leurs familles: enjeux, défis et développement de services en contexte montréalais (2016)

Cette présentation d’Annie Pullen Sansfaçon, professeur à l’École de travail social de l’Université de Montréal, a été donnée à l’occasion du Symposium des 10 ans de la Fondation Agnodice à Lausanne. Elle souligne notamment l’importance d’un soutien systémique multidisciplinaire centré sur la famille.

 

Vers un accès à des soins de qualité pour les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (Bize, R. et al. 2011)

Cet article propose une approche globale de la santé des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, et transgenres (LGBT), où respect des singularités et non-jugement occupent une position centrale. Il invite à dépasser une vision centrée sur les risques liés au VIH. Il pose cette question: combien de personnes LGBT ressortent chaque semaine d’une consultation médicale sans avoir bénéficié d’une écoute, d’un soutien et de soins adaptés?

 

Ressources en anglais

–––

Articles

Serving Transgender Youth: Challenges, Dilemmas, and Clinical Examples (Spack, N. et al. 2015)

Cet article décrit le programme innovant de prise en charge des jeunes trans* développé au Boston Children Hospital. Des vignettes cliniques y sont également présentées.

 

Puberty Suppression in a Gender-Dysphoric Adolescent: A 22-Year Follow-Up (Cohen-Kettenis, P. et al. 2010)

Le blocage de puberté par des analogues à la GnRH est considéré comme une étape majeure dans le soutien des adolescents trans*. Cette étude suit durant 22 ans un homme trans* (FtoM) traité avec des analogues de GnRH à l’âge de 13 ans et considéré comme éligible à une hormonothérapie à l’âge de 17 ans. Ses chirurgies de réassignation ont été faites à 20 et 22 ans. Cet article aborde plusieurs facettes : psychologique, sociale et médicale (par ex. le métabolisme, les bilans endocrinologiques, la masse osseuse etc.). Il peut être particulièrement utile aux endocrinologues.

 

The Treatment of Adolescent Transsexuals: Changing Insights (Cohen-Kettenis, P.Delemarre-van de Waal, H. Gooren, L., 2008)

Ce papier décrit étape par étape les changements de la politique de traitements des jeunes trans*  adoptés par l’équipe de la Clinique d’Identité de Genre du VU University Medical Center d’Amsterdam. Aujourd’hui beaucoup d’autres cliniques en Europe et en Amérique du Nord suivent le même protocole.

 

Lessons Learned in 10+ Years of Experience Using Puberty Blockers At VUMC Amsterdam (2016)

Cette présentation de Peggy T. Cohen-Kettenis, professor of gender development and psychopathology au Département de Psychologie de l’enfant et de l’adolescent à Amsterdam et Utrecht a été donnée à l’occasion du Symposium des 10 ans de la Fondation Agnodice à Lausanne. Elle retrace l’expérience de ce centre de référence depuis sa fondation en 1987 jusqu’au protocole qui fait autorité actuellement.

 

Clinical management of gender identity disorder in adolescents: a protocol on psychological and paediatric endocrinology aspects (Cohen-Kettenis, P.,  Delemarre-van de Waal, H., 2006)

Autre article sur la pratique du retard de puberté à Amsterdam. Il analyse l’évolution de la maturation osseuse, de la densité osseuse, des proportions du corps qui restent dans la gamme normale. Le traitement par GnRHa semble être une contribution importante à la gestion clinique de la dysphorie de genre chez les adolescents.

 

Gender Identity: A Multidimensional Analysis With Implications for Psychosocial Adjustment  (Egan & Perry, 2001)

Menée chez 182 enfants, cette étude examine les relations entre les composantes de l’identité de genre et l’ajustement psychosocial, notamment  (a) les sentiments de compatibilité psychologique avec le genre, (b) le ressenti de pression des parents, des pairs et des stéréotypes sexistes, et (c) le sentiment que son propre sexe est supérieur à l’autre (biais intergroupe). L’ajustement a été évalué en termes d’estime de soi et d’acceptation par les pairs. Les résultats offrent  de nouvelles perspectives sur le rôle de l’identité de genre dans le bien-être des enfants, identifient les sources de confusion dans les travaux antérieurs et suggèrent des orientations pour une recherche à venir.

 

Early Medical Treatment of Children and Adolescents With Gender Dysphoria: An Empirical Ethical Study (Vrouenraets et al. 2015)

Les lignes directrices de la société mondiale d’endocrinologie recommandent l’utilisation du retard de puberté chez les adolescents transgenres. L’objectif de cette étude est d’expliquer les considérations des partisans et des opposants à la pratique du retard de puberté chez les jeunes trans*. Une étude qualitative identifie les considérations des partisans et des opposants au traitement précoce (endocrinologues pédiatriques, psychologues, psychiatres) au sein de 17 équipes à travers le monde. L’article conclut à la nécessité d’une recherche multicentrique interdisciplinaire plus systématique.

 

Impacts of Strong Parental Support for Trans Youth : A report prepared for Childrens Aid Society of Toronto and Delisle Youth Services (2012)

L’objectif de ce rapport était de fournir des données préliminaires du soutien parental pour les jeunes trans* âgés de 16 à 24 ans en Ontario. En effet, on sait peu de choses sur la façon dont l’acceptation ou le rejet par sa famille est prédictive de la santé ou des résultats de bien-être chez les jeunes trans. Cet article étudie dans quelle mesure le soutien parental a eu un impact sur la satisfaction globale de la vie, la santé physique et mentale auto-évaluée, l’estime de soi, la dépression et le suicide chez les jeunes trans*.

 

Gender Variance and Dysphoria in Children and Adolescents (Bonifacio & Rosenthal, 2015)

La dernière décennie voit une augmentation sensible du nombre d’enfants et d’adolescents transgenres qui cherchent un accès aux soins et aux cliniques de genre à travers le monde. Cet article analyse l’ouverture de la société face à ces jeunes à travers internet, les médias et les professionnels de la santé. De cette ouverture découle l’augmentation de jeunes osant mettre en mots leur ressenti par rapport à leur identité de genre.